Agadir à Tata

 

Ho, la, la que le temps passe vite, un mois déjà depuis notre dernier rendez-vous. Qu'avons nous fais durant tout ce temps? 

Nous avons parcouru le pays de l'océan Atlantique à la frontière algérienne en passant par la région de Ouarzazate et ses oasis.

Notre première étape en quittant Agadir est d'aller rejoindre la Plage Blanche, une sorte de pèlerinage ( voir carnet de voyage 3) mais je crois que ce lieux n'est pas pour nous.

À droite ou à gauche.

Pendant que certain travail, d'autre ce refont une santé.

Tempête de sable!

Prêt pour affronter la tempête.

Difficile de rouler ainsi!

Plus nous nous approchions de la plage, plus nous pouvions observer au loin des nuages menaçant se former, cela n'était pas bon signe. Et nous avions vu juste, une fois sur place , le temps était propice à la tempête, au fil des heures le vent commençait à souffler de plus en plus fort, ballottant le camion de droite à gauche, j'étais à la limite du mal de mer. 

La nuit fut courte et mouvementé, au réveil nous avons pu que constater qu'il n'y aurait aucune amélioration aujourd'hui et pour les jours suivant par la même occasion. Aucune autre possibilité que partir de cet enfer pour essayer de se mettre à l'abris pour laisser passer cette tempête, quoi qu'il en soit, il nous était impossible de rester dehors plus d'une minute. Sans nous poser plus de question, nous nous sommes rendu directement à un camping niché dans une vallée non loin de là. 

Le lendemain, nous avons ouvert les yeux avec l'espoir que le calme soit revenu. Nous avons tendu d'oreille, pas un bruit, pas un mouvement , pas un bruissement de feuille, doucement de peur de perturber ce silence, nous avons ouvert les rideaux et là surprise, le vent était tombé, mais notre joie fut de courte durée car le ciel chargé de sable de la veille avait été remplacé par des nuages d'un noir d'encre, chargés de pluie. À peine temps de déjeuner qu'une pluie fine se mit à tomber. Notre décision était prise, nous allons reprendre la route et rentrer dans les terres , direction la ville de Tata. 

Enfin la petite ville de Tata.

C'est l'heure du goûté. 

Ou bien du dîner.

Sage initiative, bien que nous n'ayons pu profiter du paysage durant le trajet, car il semblerait que la tempête de sable, durant la nuit, avait poursuivit son petit bonhomme de chemin dans la direction des terres, pour mourir le lendemain de notre arrivé au porte de la ville de Tata.

Une fois le calme revenu, nous avons profité pleinement de la tranquillité des lieux durant quelques jours où le ciel bleu ne nous quitta pas d'une semelle. 

À la découverte de la ville.

Ces ruelles.

Des villes pleines de vie.

Un petit coup de fil en France pour les nouvelles.

Mais tu vas où comme ça , Gégé?

Après notre petite escapade en ville , nous avons pris connaissance de la présence d'un site naturel de grotte non loin de là, alors pourquoi pas allez les visiter ces fameuses grottes de Messalit.

C'est à peine à 7 kilomètres à la sortie de la ville en direction du Nord, que nous avons déniché le site. Il nous fallut descendre dans cette Oued asséché pour trouver l'œuvre de cet artiste incontestable qu'est la Nature. Au fil des années, quand l'eau était encore présente en abondance dans l'Oued, son mouvement lancinant à formé ces cavités sculptées à même les parois où nous pouvons circuler des unes aux autres par des tunnels sombres où seule la lumière à son extrémité vous dirige. 

Nous croyant seul, une erreur de songer à cela sur ce continent, car où que nous soyons, même au fin fond du désert où il n'y a pas âme qui vive , il y a toujours quelqu'un, et cette fois-ci n'a pas dérogé à la règle. Notre chemin a croisé dans un renfoncement rocheuse, celui de trois jeunes garçons en train de pelleter le sable autour d'un rocher pour le dégager de son enclave. Intriguez , nous leurs avons posés la question au sujet de leur action. En fait, ils préparaient le terrain pour le tournage prochain d'un film d'un grand réalisateur du pays. Il est vrai que le décor est digne des plus grand studios hollywoodiens.

Après notre petite balade découverte, nous décidâmes de rester ici pour la journée et la nuit, le lieu est tellement paisible , nous ne pouvons pas résister à camper avec vu sur les montagne et l'Oued.

Grottes Messalit.

Un vrai labyrinthe.

Attention à toi!

Comme le temps ne nous était pas compté, dans l'après-midi, nous avons été vagabonder dans un petit hameau abandonné se trouvant à deux pas de nous surplombant la falaise.

Il est étrange de penser que les habitants de ce lieux si paisible ont décidé de partir, car les maisons sont encore en très bonne état, allez savoir pourquoi les gens prennent la décision de faire tel ou tel chose. Il semblerait d'après les dires de certaine personne que les lieux serviraient désormais de bergerie pour les troupeaux.

Et à toi aussi!

La vue est belle de là-haut.

C'est quoi?

Œuvre de l'artiste.

Que demander de plus.

On achète ou pas.

Cela pourrait être une belle maison de campagne.

Le début de la région des Oasis.

Elle travaille dure.

Allez en route.

Nous avons eu encore une fois une bonne intuition en passant la nuit dans ce lieu enchanteur. Notre sommeil fut des plus tranquille, pas un bruit étranger pour venir perturber notre tranquillité, uniquement, nous , la lune et les étoiles pour illuminer le ciel.

Le lendemain matin, reposé, nous avons repris notre route vers l'Est où notre prochaine étape sera la vallée du Draâ et de Ouarzazate.

[1] [2] [3]