Côte Atlantique Nord:

De Tanger à Agadir.

 

C'est en ce 28 janvier 2014, après une traversé de deux nuits et une journée entre Sète et Tanger qui fut assez, soit dis en passant,  assez mouvementé que nous avons foulé le sol Marocain. 

Ce n'est aucunement notre habitude, mais notre descente vers Agadir fut rapide, une petite semaine pour effectuer les 900 kilomètres qui séparent les deux villes.

Pourquoi si vite? me diriez-vous, la raison principale est simple: nous n'avons pas énormément de semaines devant nous pour prendre le temps de flâner dans des lieux que nous connaissons déjà très bien, nous préférons utiliser le temps qui nous est appartis , en allant découvrir des endroits inconnus pour nous.

Deuxième chose et pas des moins négligeable , la météo était épouvantable dans le Nord du pays , de Tanger jusqu'à Safi  (regardez sur une carte ) se fut un mélange de pluie, de vent, parfois de soleil, mais se dernier se faisait très timide et puis encore de pluie. 

Pour ce séjour, les baroudeurs ne seront que deux, snif!

Il est impatient de prendre la route.

Safi.

Un Arganier.

Donc voilà pourquoi nous avons foncé sur Agadir pour trouver un peu de printemps. Il est vrai que nous avons roulé plus vite qu'à notre habitude, mais nous avons profité tout de même quand une petite éclaircie venait nous égailler la journée, pour nous balader et redécouvrir ce pays que nous aimons tant. 

Depuis notre arrivé à Agadir , plus précisément au camp sauvage de la plage de Taghazoute, situé à une quinzaine de kilomètres au nord d'Agadir, nous n'avons pas touché terre, entre deux Tajines, couscous ou plat de poissons frit, nous avons été saluer tout nos amis qui nous avaient prêtés main forte durant nos déboires de l'année dernière. Tous étaient très heureux de nous voir, regrettaient que Tiffany soit resté en France et surtout enchanté de voir Philippe complètement rétablie. Il nous fallut également aller saluer le chirurgien qu'il l'avait opéré, ainsi que la kiné, pour leur rendre compte de leur excellant travail.

Graine d'Arganier.

Camp sauvage de Taghazoute.

Village de Taghazoute.

Royaume des surfeurs,

Notre point de chute, Taghazout (prononcez Tarazout) est le repère des surfeurs du monde entier. Le minuscule village prend tout au long de l'année des allures de station balnéaire pour les adeptes du film culte "Point Break". La plage est magnifique et quand le vent se transforme en douce brise, il y est très agréable de s'y balader. 

Nous avons vite repris nos habitudes de baroudeurs et de liberté, nous profitons de nos journées pour vaquer à nos occupations, comme rédiger ces quelques lignes, bricoler , lire, etc. , mais surtout nous prenons le temps de nous balader , un peu de d'activité ne nous fait aucun mal. Durant ces promenades journalière, il y en a une que nous apprécions au plus haut point, c'est d'aller se perdre dans les souks des villes et villages et celui d'Agadir est très agréable.

qui domptent les vagues.

Tu te prends pour un surfeur!

Une petite coupe de chevaux s'impose.

Au Souk,

tu trouves tout.

Mais surtout des fruits à profusion.

Entre les vêtements, les chaussures et tout autre bric à broc , nous nous délectons devant les stands de fruits et légumes tous aussi agréables aux yeux les uns que les autres. 

L' envies de tout acheter tellement ils sont beaux et surtout bons, ne nous quitte pas d'une seconde et nous repartons toujours le sac à dos remplis pour une poignée de Dirhams.

 

Des oranges.

Des légumes frais.

Des olives.

Des cacahouètes, des amendes etc...

Des pâtes, du riz, etc...

Ici au Maroc, le jour le plus important de la semaine, c'est le vendredi. Il est jour de prière, à notre image du dimanche, mais il est surtout jour du couscous, repas familial après la prière. 

Nous ne manquerions sous aucuns prétexte de perpétrer les traditions locales en oubliant d'aller déguster le couscous du vendredi. Pour connaître un pays , il faut bien découvrir sa culture et la mettre en pratique, et nous nous y appliquons très consciencieusement. 

 

Dans quelques jours, nous allons reprendre le cour de notre voyage et avec lui de nouvelles aventures.

Et sans oublier le couscous du vendredi.